ZOOM SUR.. – I Hate Models

30 janvier 2017 par OuiLaTechno

15780977_1636856756607823_3479057342274506025_n

I Hate Models semble avoir deux visages. Un côté particulièrement noir, fait de sons métalliques, harassants et pour le moins puissants. De l’autre, une immense lumière, celle capable de vous faire ressentir une musique au point d’en fermer les yeux, pour apprécier un peu plus un morceau.

Il ne montre parfois qu’un seul de ses deux profils telles les track 500 lesbians in Irak ou Dissociative Disorders pour son côté sombre ou Shades of night pour le côté lumineux. Mais bien souvent, dans ses morceaux, il parvient à créer une parfaite alchimie entre ces deux genres. Tout son projet a un sens et on reconnaît vite la patte d’I Hate Models. Il a su se créer un univers, et c’est avec un immense plaisir que je viens vous le partager aujourd’hui.

Si je devais utiliser une image pour le qualifier : un ciel sombre, avec les nuages d’un puissant orage à l’horizon mais qui laissent encore apparaître des étoiles scintillantes.

Son premier EP « The Lost Tapes » est sorti en avril 2016, pour le lancement du label néerlandais Aries. Il est parfait pour vous familiariser aux productions d’I Hate Models. Le morceau Murder on VHS étant pour moi une incroyable pépite.

 

 

Quelques mois plus tard, en juillet 2016, c’est l’EP « Warehouse Memories » qui a vu le jour sur le label ARTS (label accuillant notamment Cleric, Keith Carnal, du son puissant donc). C’est cet EP qui l’a révélé au grand public : et on comprend vite pourquoi à l’écoute. Il est simplement parfait : chaque track est différente mais s’inscrit dans une histoire qui nous porte de la superbe introduction de Warehouse Memories, à la si planante Shades of night. En passant évidemment par Daydream, la chanson la plus populaire d’I Hate Models qui prend selon moi le meilleur de chacun des styles de l’artiste : entre noirceur, son métallique et une mélodie qui vous réchauffe le cœur.

 

 

Son troisième EP est sorti en août 2016, sur le label Toxic Waste Burried. Nommé «500 lesbians in Irak » il insiste plus sur le coté métallique des sonorités, dégageant encore plus de puissance, au détriment parfois de la douceur de son précédent projet. La track Your time has come donne d’ailleurs une irrémédiable envie d’aller en rave dans un hangar.

 

 

Son 4ème EP est lui sorti récemment, le 26 janvier 2017, sur le label VOITAX. « Absolution XXL » frappe lui encore très juste : les 3 tracks s’enchaînent parfaitement, avec une montée en puissance qui atteint son paroxysme avec la bombe Morder.

 

 

Du côté des sorties hors EP, je vous conseille d’écouter Jahanam, sorti début 2016 : une track qui peut faire basculer l’ambiance d’une soirée en un peu plus d’une minute. Lost in this world est quant à lui le son que je considère comme le plus brutal et sombre d’I Hate Models : mais il parvient à alterner les phases de « tabassage en règle » et celles où règne une éphémère douceur.

 

 

Une chose est certaine, I Hate Models va faire parler de lui dans les prochains mois : en attendant un LP qui mettra très certainement tout le monde d’accord.

 

B.

30/01/2017

%d blogueurs aiment cette page :